DE « MARKETEUSE À MARQUETEUSE »

Avant de me consacrer à la marqueterie de bois, j’ai eu une première vie pour laquelle j’ai fait de nombreuses années d’études (en droit, gestion, et communication). Après 8 années de travail derrière différents bureaux, le besoin d’utiliser autrement mes mains, de me réaliser dans un métier manuel et technique, s’est fait pressant. Je voulais faire résonner en moi la matière, celle qui me faisait envie depuis longtemps, le bois. 

Alors, à 30 ans, j’ai repris le chemin de l’école pour apprendre le métier d’ébéniste et passer un CAP, à l’école Boulle à Paris. Dans cette prestigieuse institution, j’ai été formée au travail du bois, et à la marqueterie jusqu’à l’obtention de mon diplôme en 2013. « Marie Dubois » est alors devenue ébéniste : j’ai exercé ce métier “traditionnellement” en fabriquant meubles et aménagements pour des particuliers.

Dès le départ, j’ai travaillé la marqueterie de bois, en parallèle à mes chantiers sur-mesure. Mais il m’aura fallu quelques années avant de m’adonner uniquement, dans mon atelier stéphanois, à cette minutieuse pratique créative qu’est la marqueterie. « Marie Dubois » est finalement devenue marqueteuse !

DEVENIR ARTISANE DU BOIS : L’IMPORTANCE DES RENCONTRES

L’amour de l’artisanat, le plaisir de réaliser soi-même un bel objet, est en quelque sorte un héritage familial. Enfant, j’ai beaucoup de souvenirs de jeux dans la tannerie du Tarn où travaillaient mes grand-parents, avant de fabriquer chez eux, à la main, des pièces de maroquinerie. Aussi, je bricolais souvent avec mon père, qui, très bon pédagogue, m’a permis d’apprécier les activités manuelles.

Peut-être est-ce un clin d’œil inconscient à mon patronyme « Marie Dubois » : le bois, cette matière vivante, m’a toujours attirée. La première rencontre décisive lors de ma reconversion a été l’ébéniste lyonnais Jean Claude TREUSSARD, qui m’a permis, lors d’un premier stage, de découvrir son métier, de confirmer mon projet, et de m’orienter vers l’école Boulle. Après l’école, j’ai travaillé dans un atelier collectif où professionnels et amateurs cohabitent en bonne intelligence.

Ma rencontre avec la marqueterie s’est faite à l’écoule Boulle et en visitant l’exposition « Le génie de la marqueterie », organisée à Paris en 2013. J’ai pu y aiguiser mon œil, découvrir différents styles mais surtout, en échangeant avec plusieurs marqueteurs de renom, comme Georges VRIZ, apprécier la liberté d’inventer sa propre technique.

Aujourd’hui, j’aime toujours autant ce qui est devenu mon quotidien : la pratique de la marqueterie à travers la création de bijoux en bois, objets et tableaux en bois... À mon tour, je me rends disponible et échange régulièrement avec des personnes qui ont un projet de reconversion professionnelle.

Si vous voulez en savoir davantage sur la marqueterie de bois, vous pouvez visiter ma page qui y est consacrée